Qu’est-ce que le véganisme ? (introduction)

(photos prises à l’exposition Aardman, 2015) (parce que tout le monde sait que les véganes ne mangent que des légumes) 

Introduction de l’introduction

Aaaah la question du véganisme, la fameuse ! Soyons honnête : comment aurais-je pu ouvrir un blog sans parler de véganisme ? Ça a été une de mes motivations principales à le créer même si, au départ (et toujours un peu maintenant), je pensais que beaucoup de personnes le faisaient déjà très bien et que je ne pouvais faire mieux ou plus. Au final, certains messages ne seront jamais assez partagés et c’est parfois en ayant accès à différents contenus traitant d’un même sujet que l’on peut facilement le comprendre, l’analyser, faire évoluer son point de vue… Je souhaite aussi réunir différentes sources d’information car, à chaque fois qu’on me pose des questions, j’oublie toujours la moitié des références importantes ou intéressantes (où sont passé mes neurones ?! Si tu les trouves, n’hésites pas à me contacter au 06 12…).

Soyons clairs, ici, il ne s’agira ni de faire culpabiliser, ni de donner des leçons : je ne suis personne pour imposer quoi que ce soit ou vous dire quoi faire de votre vie. Si ces articles (oui parce qu’il y en aura plusieurs sur ce thème au fait !) ne vous intéressent pas, passez au suivant (ou au suivant du suivant si le suivant traite aussi de ce sujet… Vous me suivez ? 🤪). Cependant, je vous conseille tout de même de rester pour, au moins, cet article qui traitera de ce qu’est le véganisme. Ce qui m’importe toujours, quand j’en parle (c’est-à-dire quand on me questionne car j’initie rarement la conversation sur ce sujet bizarrement), c’est de pouvoir partager mes quelques connaissances afin que mes interlocuteurs puissent se poser des questions sur ce qu’ils mangent, ce qu’ils se mettent sur le dos etc… Je ne prétends pas avoir la science infuse ni détenir la vérité (si elle existe ? 🧐). Par contre, il n’est pas difficile de se rendre compte que l’on fait bien trop souvent un tas de choses sans même savoir pourquoi, par habitude, parce que c’est « notre culture »… Tout cela parfois au détriment de notre santé, de notre consentement et de la liberté (la notre et celle d’autrui).

blog,aardman,animal,sensible,exposition,vegan,walace,groomit,écologie,légumes

Le véganisme, qu’est-ce que c’est ?

Il est fort à parier (#expressionquin’existeplusouquinedevraitplusexisterbonjour!) que ce n’est pas la première fois de votre vie que vous entendez ce mot. Certains parleront de « phénomène de mode », je parlerai plutôt d’une responsabilité éthique commune qui chemine chez de plus en plus de personnes. Il faut dire que les médias s’intéressent véritablement au sujet depuis quelques mois/années (en bien ou en mal d’ailleurs…) et qu’on en parle aussi (peut-être) davantage sur le net. De fait, plus de personnes s’y intéressent et c’est tant mieux !

Comme d’autres l’ont fait bien mieux avant moi, je vous propose une définition en image (ou plutôt en vidéo) du véganisme (celle de Jihem Doe 🤩 !) :

Cette vidéo est chouette car elle condense quasi-explicitement ce qu’implique le véganisme. Si vous allez directement voir la vidéo sur Youtube, vous trouverez ses sources et un certain nombre de liens. Je vous invite également à aller voir sa vidéo sur le spécisme qui est tout aussi essentielle (et il y a Clémence Bodoc dedans ❤️, la rédactrice en chef de MadmoiZelle.com).

Si vous n’avez pas envie (ou ne pouvez pas voir) la vidéo, en bref, Jihem reprend la définition de Donald Watson, inventeur du mot vegan et fondateur de la Vegan Society : le véganisme «  est une philosophie et une façon de vivre qui cherche à exclure, autant qu’il est possible en pratique, toutes les formes d’exploitation et de cruauté envers les animaux, que ce soit pour se nourrir, s’habiller, ou pour tout autre but ; et par extension, le véganisme soutient et encourage le développement et la mise en œuvre d’alternatives sans utilisation d’animaux, pour le plus grand bien des êtres humains, des animaux et de l’environnement « .

Ok, mais concrètement ?

Concrètement, le véganisme se manifeste dans la vie quotidienne tout le temps. Alors, quand j’entends parler de personnes qui le deviennent du jour au lendemain, je me demande toujours si cela va tenir. En même temps, prendre conscience de tout ce que nous (animaux humains) faisons subir à d’autres êtres pourvu de sensibilité (animaux non humains) peut être un véritable choc. Cela peut remettre en cause un certain nombre de nos pratiques quotidiennes et changer du tout au tout son mode de vie n’est pas si facile. Comment ai-je pu me laisser aller par mes habitudes/celles de ma culture sans me poser de question ? Comment changer son mode de vie sans l’imposer aux personnes avec qui je vis (et faut-il l’imposer ?) ? Que dire à mon enfant qui veut aller au zoo ? …

Malgré cela, avoir un mode de vie vegan n’est pas en soi compliqué, surtout de nos jours où fleurissent nombre de petits restaurants, marques de chaussures… Ce qui me paraît le plus difficile, c’est le chemin à parcourir pour y arriver : changer ses habitudes, accepter les réticences de l’entourage…

blog,légumes,fruits,sensible,vegan,véganisme,aardman,exposition,définition,alimentation2

Une urgence écologique et éthique

Je me souviens d’une super prof du lycée, un peu rebelle, qui nous avait montré en classe  un reportage où l’on voyait les bébés poussins mâles se faire broyer, elle nous disait qu’ils partaient alors en nuggets pour le géant du fast-food de la mal bouffe (vous savez celui qui commence par M et se termine par D 😁). On avait également vu le documentaire « SuperSize Me » (que je vous conseille !). Elle « choquait » aussi en demandant aux élèves pourquoi, selon eux, on ne faisait pas visiter les abattoirs aux enfants lors de sorties scolaires. Pour une bonne majorité, cela tombait sous le sens : on ne va pas leur montrer ça, quand même, ça va les traumatiser ! D’ailleurs, les adultes non plus ne les visitent pas et on ne sait même pas, souvent, où ils se situent… Alors, à l’époque, sans même avoir vu des images de caméras cachés (comme celles de l’association L214), moins virales en ce temps, on savait l’horreur, on pouvait l’imaginer ! Si on ne pouvait pas tous se mettre à la place des animaux qui le subissaient, on pouvait au moins avoir de l’empathie pour ces malheureux enfants à qui on aurait présenté ce désastreux cauchemar.

Il est aujourd’hui plus qu’urgent de réaliser l’impact de l’exploitation animale : violence inutile, désastre écologique… J’en parlerai davantage sans doute dans de prochains articles.

En attendant, vous pouvez aussi jeter un oeil à :

Je vous laisse là en vous souhaitant une bonne semaine et vous retrouve bientôt pour un prochain article 😉

Envoyer le commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s