Petit florilège de lectures féministes #3

Alors oui, si vous suivez un peu, vous savez que cette série d’articles est plutôt dédiée aux bandes dessinées. Mais étant donné que le dernier a été publié en novembre 2019 (oups !), j’ai pensé qu’il serait plus judicieux de regrouper toutes mes lectures. J’ai donc divisé l’article au cas où vous ne seriez intéressé·e que par les BD (parce que bon, c’est super les BD, y’a pas à dire !). N’hésitez pas à me faire vos suggestions de lectures féministes en commentaires, je suis preneuse (bien que ma pile à lire ne faiblit pas) !

Ces articles m’enthousiasment toujours car il y a de telles pépites qu’il m’est impossible de ne pas les partager (bien que je mette plusieurs mois/années pour le faire, ahah 😅). Allez, c’est parti !

Les bandes dessinées

Blanc autour de Wilfrid Lupano et Stéphane Fert

J’ai tout de suite accroché au dessin et aux couleurs de cette bande-dessinée mais c’est avant tout l’histoire qu’elle raconte qui m’a donné envie de la lire. Il s’agit d’une histoire vraie, celle de Prudence Crandall et de jeunes filles noires ayant lutté pour l’accès de ces dernières à l’école de Canterbury en Virginie aux Etats-Unis d’Amérique, dans les années 1830. Ces femmes ont du faire face à la violence de ces habitant·es (blanc·hes et plutôt fortuné·s). Bien que la situation soit différente aujourd’hui dans ce pays, la violence reste bien présente et je suis toujours sidérée de voir que l’humain qui se dit si « évolué » puisse traiter l’autre ainsi, même en 2022…

Noire de Emilie Plateau d’après le livre de Tania de Montaigne

Prenez une profonde inspiration. Vous voici à présent dans la peau de Claudette Colvin, une adolescente noire de 15 ans qui vit dans l’Alabama des années 1950. Depuis votre plus tendre enfance, vous savez que blancs et noirs doivent vivre séparés sous peine de prison ou de mort. Mais aujourd’hui, vous allez changer l’histoire…

Ayant adoré le livre de Tania de Montaigne sur Claudette Colvin (aka la première jeune femme ayant refusé de laissé sa place à un blanc dans un bus en Alabama aux Etats-Unis d’Amérique), j’ai forcément lu l’adaptation en bande dessinée réalisée par Emilie Plateau. Les dessins sont contourés en noir, avec des touches de couleurs dans les tons orangés. Il y a peu de texte ce qui rend le livre facile à lire et permet de se concentrer sur les émotions que provoquent les dessins. Ce livre m’a beaucoup touché et il reprend aussi bien l’histoire de Claudette Colvin que le livre de Tania de Montaigne.

Comme à la lecture de ce dernier, je reste sur ce sentiment d’injustice : pourquoi autant de nom de rue à la gloire de Rosa Parks (et l’histoire tronquée racontée lors des cours d’histoire) et aucune pour Claudette Colvin ? Je ne nie pas ce qu’a fait Rosa Parks, qui reste une femme noire qui a fait avancer la cause et qui mérite d’être connue, mais je regrette que Claudette ne le soit pas sous prétexte qu’elle était un peu trop noire, un peu trop pauvre et un peu trop enceinte d’un blanc plus âgé qu’elle. En bref, c’est la double peine !

Aussi, je trouve que les personnages féminins mis en avant comme modèles/ »femmes inspirantes » sont parfois trop éloignées de nos quotidiens (femmes bourgeoises ou ayant des compétences hors du commun) et donc inatteignables ce qui peut renforcer l’idée que certains rêves ne sont pas accessibles.

Je remercie donc Tania de Montaigne pour m’avoir fait découvrir cette histoire et de la médiatiser en France. A vous de la découvrir 😉

Meufs et Mythes de Blandine Sabbah

J’ai reçu ce livre à mon anniversaire sans en attendre trop et j’ai été agréablement surprise de le découvrir. L’autrice retrace l’histoire de personnages féminins mythologiques ou fictifs (Blanche Neige, Cybèle, Jeanne d’Arc…) en soulignant le caractère badass de ceux-ci mais aussi en critiquant les aspects problématiques de leurs histoires ou de leur traitement. Tout cela avec de l’humour et avec une page plus explicative en fin de chapitre. J’ai particulièrement apprécié cette dernière qui permet d’avoir une analyse plus approfondie avec un vrai travail de recherche. On y trouve également des références pour aller plus loin et compléter le sujet.

Roman, essais, revue et « vie pratique »

Jouissance Club de Jüne Plã

Véritable manuel inclusif pratique en matière de sexualité, Jouissance Club est un basique à se procurer ! Autant pour la partie explicative (détails des organes génitaux, contraception, orgasme..) que son « catalogue »/cartographie, non pas de postures (ce n’est pas un livre hétéro-patriarco-centré !) mais des méthodes de plaisir imagées et expliquées en mots. Je le trouve très déculpabilisant et c’est un beau cadeau à (s’)offrir !

Moi les hommes, je les déteste de Pauline Harmange

Je vous ai écrit tout un article « réaction » à ma lecture de ce livre de Pauline Harmange (qui en a sorti un autre entre temps !), que je vous invite à lire. Je ne vais donc pas m’étendre ici à part vous redire que Moi les hommes, je les déteste est un livre facile et rapide à lire, malgré sa thématique. Entre témoignage et documentaire, ce livre traite du rapport des femmes aux hommes et de la nécessité (mais aussi la difficulté !) de s’extraire du regard et des injonctions masculines. Et si vous hésitez à le lire à cause de son titre, c’est précisément pour cette raison qui faut le lire !

Saga – La dernière geste de Morgan of Glencoe

Depuis des siècles, les humains traitent les fées, dont ils redoutent les pouvoirs, comme des animaux dangereux. Lorsque la princesse Yuri reçoit une lettre de son père lui enjoignant de quitter le Japon pour le rejoindre, elle s’empresse de lui obéir. Mais à son arrivée, elle découvre avec stupeur qu’elle a été promise à l’héritier du trône de France ! Dès lors, sa vie semble toute tracée… jusqu’à ce qu’une femme lui propose un choix : rester et devenir ce que la société attend d’elle ou partir avec cette seule promesse : « on vous trouvera, et on vous aidera. ». Et si ce « on » était la dernière personne que Yuri pouvait imaginer ?

A l’heure où j’écris ces lignes, je n’ai pas encore terminé la lecture des tomes publiés (au nombre de trois) mais je peux vous dire que j’ai adoré ceux que j’ai lu. Je ne suis pas spécialiste du genre et Monsieur dirait qu’il s’agit de fantasy plutôt que de SF mais qu’importe. Je trouve ces livres bien écrits, faciles à lire, prenants. Certains personnages sont attachants, évoluent de manière non linéaires et l’intrigue n’avance pas trop vite (rien de pire que les situations compliquées qui se résolvent facilement en un combat !). J’aime le fait que Morgan Of Glencoe prenne le temps de nous présenter les personnages mais qu’en même temps cela se fasse en plein action. Le tome 1 commence sur une scène violente (j’ai passé des passages comme j’aurais fermé les yeux devant un film violent 😁) mais le reste est tout à fait « lisible » pour les sensibles comme moi, bien que sombre. L’histoire est un prétexte pour évoquer un tas de sujets (le genre, le handicap, le racisme…). Le personnage principal, Yuri, est intéressant dans son évolution bien que parfois un peu rapide je trouve. Elle vient de la bourgeoisie mais tout ne tourne pas autour d’elle pour autant, ce qui est appréciable. J’ai beaucoup apprécié les très nombreuses références culturelles, soulignant le travail de recherche de l’autrice.

Découverte aux Utopiales de Nantes en 2021, un festival international de science-fiction, j’ai flashé sur Morgan of Glencoe et son franc-parler lors de la conférence « Les biais sexistes et racistes attaquent », que vous pouvez écouter en version podcast sur le site de ActuSF. J’ai donc voulu découvrir son œuvre, désirant me remettre à lire des romans.

Revue La déferlente

J’ai découvert cette revue féministe grâce à un article de Natasha du blog Echos Verts. J’ai totalement confiance dans les recommandations de Natasha en terme de lectures engagées : je sais qu’on ne sera pas dans la demi-mesure ! Comme depuis plusieurs mois je n’arrive plus trop à lire, je ne m’en suis acheté qu’un exemplaire pour le moment mais je pourrais aisément m’abonner. En effet, les articles sont de grande qualité, complets et documentés. Ils font réfléchir et les sujets abordés sont pertinents : par exemple, le dernier numéro contient un dossier sur la famille avec un article sur les familles monoparentales, la figure du patriarche… Mais aussi un article sur la place des hommes dans les combats féministes, un retour sur le programme pédagogique des ABCD de l’égalité…

Les illustrations et les couleurs utilisées sont aussi toujours très agréables, ainsi que le papier reçyclé qui glisse sous les doigts sans être glacé (et bien oui, la sensorialité ça compte !).

J’espère que vous avez apprécié cet article. De mon côté, j’espère vous retrouver très vite avec de nouveaux articles 😉

4 commentaires sur « Petit florilège de lectures féministes #3 »

  1. Merci pour ce beau partage ! Je ne connais que jouissance club, qui est très bien fait d’ailleurs.
    J’espère pouvoir découvrir les autres également.
    Bonne journée !

    J’aime

Envoyer le commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s